Favoriser la transition économique des entreprises, du linéaire vers le circulaire

L'économie circulaire

 

Face à la raréfaction des ressources naturelles, la logique actuelle d’économie de marché, fondée sur un modèle linéaire de consommation « extraire-fabriquer-consommer-jeter », atteint ses limites. L’enjeu est aujourd’hui de changer de paradigme en passant à un modèle économique respectant l’environnement et répondant à l’enjeu de la raréfaction des ressources.

 

L’économie circulaire se traduit notamment par l’écoconception ; les nouveaux modèles d’affaire, « les déchets des uns deviennent les matières premières ou sources d'énergie des autres » (au titre de l’écologie industrielle et territoriale) ; le réemploi des matériaux, la réutilisation le recyclage des déchets ; les circuits courts.

 

 L’économie circulaire doit donc permettre de diminuer le prélèvement des ressources, de réduire la production de déchets et de restreindre la consommation d’énergie. Mais elle vise aussi à sécuriser l’approvisionnement de l’économie française en matières premières, transformer et réindustrialiser des territoires, créer des emplois et augmenter la compétitivité des entreprises françaises.

 

L’économie circulaire est donc un des enjeux décisifs accompagnant et relevant de la transition écologique et énergétique. Pour sa mise en œuvre concrète, les CCI font partie des acteurs essentiels identifiés par le Ministère de l’Ecologie.

 

Par ailleurs, à l’initiative des différents réseaux d’acteurs économiques (ADEME, Orée,…), des événements d’information, de sensibilisation et des actions opérationnelles se multiplient.

 

Les CCI, des acteurs légitimes et compétents

 

  • Elles représentent le premier réseau de proximité au service des entreprises et des territoires ;

 

  • Elles disposent de compétences sur l’ensemble des thématiques couvertes par l’économie circulaire (des déchets industriels à l’économie de la fonctionnalité en passant par l’efficacité énergétique, l’innovation et la  réglementation…) ;

 

  • Au service des entreprises : elles sont coutumières des démarches collectives et de la mise en réseau des entreprises, base de l’élaboration de synergies (nécessaires au développement de l’écologie industrielle et territoriale, des circuits courts,…) ;

 

  • Au service des territoires : en tant qu’interfaces entre entreprises, acteurs territoriaux et institutionnels, elles sont compétentes pour accompagner le développement de l’économie circulaire à l’échelle d’un territoire ;

 

  • Au service de l’intérêt général : la confidentialité et le bon usage des données, indispensables à ce type de démarches, font partie de leurs valeurs fondatrices ;

 

  • Leur structure en réseau permet la mise en place de plateforme d’échanges à toutes les échelles (échanges d’expériences, rencontres à l’échelle supra-territoriale…) ;

 

  • Elles réalisent des retours d’expérience dans les champs relevant de l’économie circulaire (valorisation des matières, écoconception…), or de tels retours sont décisifs pour tirer des leçons des initiatives émergentes ;

 

  • L’économie circulaire suppose des connaissances approfondies et actualisées dans les domaines techniques et juridiques. Les CCI disposent de ces compétences et ressources et en font bénéficier les entreprises.

 

  • Elles recensent et assurent la promotion en France et à l’international, des éco-entreprises, à savoir toutes les activités qui produisent des solutions environnementales ou énergétiques s’inscrivant dans l’économie circulaire.